dimanche 9 juillet 2017

Hébron, pomme de discorde entre l'UNESCO et Israël

Le tombeau des patriarches à Hébron
Israël est officiellement un Etat laïc.
Cela n'empêche pas Benyamin Netanyahu, son premier ministre, de citer la Genèse pour justifier la colère des Israéliens suite à la décision de l'UNESCO
Netanyahu cite la Genèse pour prouver les liens des Juifs à Hébron 
Le Premier ministre avait déjà fustigé la décision de l’UNESCO de classer le Tombeau des Patriarches site du patrimoine mondial palestinien en danger

 Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a récité dimanche des versets de la Bible citant Hébron comme preuve de la relation des Juifs à la ville de Cisjordanie, pour protester contre la décision prise vendredi par l’UNESCO, qui a classé la ville comme site du patrimoine mondial palestinien en péril.
Pendant la réunion hebdomadaire du Cabinet, Netanyahu a lu les versets de la Genèse qui décrivent le lieu de sépulture des patriarches et des matriarches juifs, à Hébron.
« La relation entre le peuple juif et Hébron et le Tombeau des Patriarches est une relation d’histoire qui est peut-être sans comparaison dans l’histoire des peuples », a-t-il dit aux ministres.

Après le vote, le Premier ministre avait annoncé une coupe d’un million de dollars supplémentaire des frais d’adhésion versés aux Nations unies par Israël pour protester contre cette décision jugée « délirante ».

Il n'est pas inutile de rappeler les propos de Gershom Scholem concernant le messianisme juif :




"Le messianisme, en effet, a toujours eu pour objet le rétablissement de l'existence nationale, bien qu'il mène également au-delà de celle-ci.(...)Le messianisme juif est dans son origine et dans sa nature - on ne saurait jamais y insister - l'attente de cataclysmes historiques. Il annonce des révolutions, des catastrophes qui doivent se produire lors du passage du temps de l'histoire présente aux temps futurs messianiques. Ces cataclysmes et ces visions funestes prennent un tour nouveau et propre dans les visions de la venue du Messie. On les retrouve, en effet, dans l'ère de transformation ou de destruction qui verra naître la rédemption messianique ; c'est pourquoi cette période est regardée dans le judaïsme comme celle des "souffrances de l'enfantement" du Messie."



Par ailleurs, ce reportage de Charles Enderlin intitulé "Au nom du Temple" est éclairant sur la question du messianisme et sur bien des aspects qui opposent Israéliens et Palestiniens :



Aucun commentaire:

Il y a 100 ans, le miracle de la "danse du soleil" à Fatima

Le temps est pluvieux et les assistants sont trempés. A midi, la pluie cesse, les enfants entrent en extase, et la foule n’entend pas la ...