mardi 18 juillet 2017

Gérard Collomb admet que la France se dirige vers un "despotisme doux"



"Despotisme doux", cet oxymore inventé et popularisé par Alexis de Tocqueville convient parfaitement à Gérard Collomb pour définir l'état d'urgence permanent dans lequel le gouvernement actuel souhaite plonger le pays.


Interrogé sur le sujet sur RTL, Gérard Collomb a réagi à la tribune de Mireille Delmas-Marty, publiée lundi dans Libération, dans laquelle la juriste dénonce “le risque [...] d’aboutir par les voies moins visibles du contournement des principes et du détournement des pouvoirs à ce 'despotisme doux' que prophétisait Tocqueville”, le célèbre philosophe libéral.
À l’antenne, le ministre de l’Intérieur a défendu, entre autres, les périmètres de sécurité mis en place lors des grandes manifestations. “Quitte à tomber dans le despotisme doux ?”, demande le journaliste. “Oui, peut-être”, répond Gérard Collomb, qui évoque les familles des victimes de l'attentat de Nice, rencontrées vendredi dernier, pour les commémorations.

Saluons au moins la franchise du ministre de l'Intérieur qui aurait tout aussi bien pu se permettre de parler de la mise en place d'une dictature pleine et assumée sans pour autant provoquer la moindre réaction au sein d'une population smartphonisée, gavée de télé-poubelle et de malbouffe (vous avez dit tittytainment ?).
Au nom de la lutte contre un terrorisme qui se révèle bien utile en ces temps qui pourraient être troublés par une quantité toujours croissante de mesures antisociales, tout est permis.
De là à autoriser prochainement des mises en détention sans jugement comme cela a été signé par l'ancien président américain Barack Obama le 31 décembre 2011 avec le National Defense Authorization Act For Fiscal Year 2012 ?


"Grâce" au terrorisme, au réchauffement climatique (n'oublions pas que ces deux facteurs sont liés selon notre Jupiter national) ou encore à la lutte contre l'antisémitisme/antisionisme, nous assistons à une uniformisation progressive et graduée des mesures qui formeront le socle de ce que sera la dictature planétarienne qu'une élite autoproclamée souhaiterait rapidement voir finalisée.



Aucun commentaire:

L'UE étudie le blocage des comptes courants

L'Union Européenne étudie la possibilité de bloquer les comptes courants pendant une durée de 20 jours. Evidemment, c'est une f...