jeudi 25 mai 2017

Israël et les Rothschild

Grandes armes de la famille Rothschild avec notamment au centre le bouclier rouge qui a donné son nom à la famille (nommée Bauer à l'origine).

Les Rothschild, le nom évoquera bien des anecdotes, plus ou moins fondées, à chacun d'entre nous.
Cette famille, à l'instar des Rockefeller, des Warburg et de quelques autres est identifiée (à plus que juste titre) comme étant un pilier du mouvement mondialiste.
Nous nous attarderons aujourd'hui sur un seul aspect de la famille Rothschild, son lien avec l'état d'Israël.

Tout débute (de manière officielle) avec la déclaration Balfour du 2 novembre 1917 dont on fêtera bientôt le siècle d'existence.
Cette déclaration, signée par Arthur Balfour (secrétaire d'Etat des affaires étrangères du Royaume-Uni) et destinée à Lord Lionel Rothschild (principal financier du mouvement sioniste) et qui devrait s'appeler "Déclaration Milner" selon Carroll Quigley (voir "L'Histoire secrète de l'oligarchie anglo-américaine") est la première pierre portée à l'édifice sioniste.


Déclaration Balfour du 2 novembre 1917, reconnaissant l'existence d'un foyer juif en Palestine, alors territoire britannique.
Jacob Rothschild s'exprime au sujet de la déclaration Balfour destinée à son grand oncle :



Par la suite, Jimmy et Dorothy de Rothschild financeront la construction de la Knesset (le parlement de l'état d'Israël) et de la Cour Suprême d'Israël, visibles ci-dessous :


On remarquera la jolie décoration en haut à gauche.
Mais avant, tout cela il y avait Edmond de Rothschild, qui bien avant la déclaration Balfour ou la mise en place du projet sioniste par Herzl, avait déjà commencé (en 1882) à financer (ses dépenses sont estimées à environ 50 millions de dollars) le travail d'implantation de colonies juives en Palestine alors sous la domination de l'Empire ottoman, lire à ce sujet, Edmond de Rothschild, l'homme qui racheta la terre sainte d'Elizabeth Antébi :



Il est stupéfiant de voir cette famille richissime se lancer, génération après génération dans la mise en place d'un nouvel état.
Rappelons que les oppositions, y compris -voire même surtout- au sein du monde juif à ce retour sur la "terre promise" étaient particulièrement virulentes.
Les rabbins orthodoxes estimant que seul Yahvé était habilité à permettre ce retour à Jérusalem.

Peut-on déceler dans cette volonté des Rothschild une manière de tenter de se hisser, par le pouvoir de l'argent, à la hauteur de Dieu lui-même ?
Pour cette famille droguée au pouvoir et à la transgression sous toutes ses formes (si Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick décrit une élite pétrie de perversions et qu'il a choisi comme lieu de tournage  Mentmore Towers le manoir de la famille au bouclier rouge, ce n'est certainement pas un hasard quand on sait à quel point le célèbre réalisateur s'attachait au moindre détail de ses productions), existe-t-il une manière plus subtile et radicale de transgresser les interdits qu'en contrecarrant les plans divins ?

Les liens entre les Rothschild et le mouvement sabbato-frankiste qui lui-même plongeait ses racines dans la kabbale lourianique dont la doctrine était celle de "la rédemption par le pêché" ne laissent guère de doute sur cette volonté farouche de renverser l'ordre établi afin d'en instaurer un nouveau, chose que permet de réaliser Israël placé tel un bâton de dynamite au milieu du monde arabe et par ricochet sur le monde dans sa globalité avec les répercussions qui en découlent pour aboutir, qui sait, à la réalisation du "Grand Israël" (voir l'article à ce sujet ici).





Aucun commentaire:

Il y a 100 ans, le miracle de la "danse du soleil" à Fatima

Le temps est pluvieux et les assistants sont trempés. A midi, la pluie cesse, les enfants entrent en extase, et la foule n’entend pas la ...