dimanche 7 mai 2017

Les plus gros mensonges de l'histoire [épisode 2 : les couveuses koweïtiennes]

Eté 1990.

L'Irak panse ses plaies suite à une longue (près de 8 ans) et inutile guerre contre le voisin iranien.
Le régime de Saddam Hussein sort du conflit exsangue humainement (au moins 250 000 morts) comme financièrement (les exportations de pétrole ont chuté).
Or, le petit voisin koweïtien que l'Irak considère comme sa "treizième province" est aussi un exportateur de pétrole, et il en exporte beaucoup, conformément aux intérêts américains.
Ces exportations massives (du Koweït comme de l'Arabie Saoudite) ont pour conséquences de faire chuter le prix du baril, ce qui constitue un énorme problème pour les finances irakiennes.
De plus, le Koweït refuse d'honorer les engagements financiers concédés à l'Irak afin que ce dernier assure sa sécurité face à l'Iran.


April Glaspie et Saddam Hussein


Le 25 juillet 1990, Saddam Hussein rencontre April Glaspie, l'ambassadrice américaine en Irak,
Saddam fait part à cette dernière de sa volonté d'annexer le Koweït, elle se contente de lui répondre que : "Les Etats-Unis n'ont pas d'opinion sur les conflits opposant deux pays arabes."  

Croyant pouvoir agir à sa guise, Saddam envahi le petit état voisin le 2 août 1990.
Mais contrairement aux propos tenus par April Glaspie, les Etats-Unis préparent la réplique et organisent à partir du territoire saoudien et sous l'égide de l'ONU, une énorme coalition militaire (33 pays s'engagent à côté des USA, dont la France, la Turquie, le Royaume-Uni, l'Arabie Saoudite... pour un total de près d'un million d'hommes).

Les médias de l'époque jouent alors sur la menace que constituerait l'Irak pour la paix dans le monde en reprenant la fadaise de Dick Cheney à propos de l'armée irakienne.
En effet, celle-ci serait : "La quatrième armée du monde".
Il s'agissait déjà d'un énorme mensonge mais le pire était encore à venir.

Malgré la propagande, la majorité des Américains n'est pas favorable à une intervention militaire.
Il va falloir ruser.


L'Oscar de la meilleure actrice est attribué à...


Octobre 1990.
La parade est trouvée, le mensonge est prêt.
Une jeune fille koweïtienne  vient témoigner à Washington devant le Congrès des Etats Unis :

« Monsieur le président, messieurs les membres de ce comité, je m'appelle Nayirah et je reviens du Koweït. Ma mère et moi étions au Koweït le 2 août pour passer de paisibles vacances. Ma sœur aînée avait accouché le 29 juillet et nous voulions passer quelque temps au Koweït auprès d'elle. […] Pendant que j'étais là, j'ai vu les soldats irakiens entrer dans l'hôpital avec leurs armes. Ils ont tiré les bébés des couveuses, ils ont pris les couveuses et ont laissé mourir les bébés sur le sol froid. J'étais horrifiée. Je ne pouvais rien faire et je pensais à mon neveu qui était né prématuré et aurait pu mourir ce jour-là lui aussi. […] Les Irakiens ont tout détruit au Koweït. Ils ont vidé les supermarchés de nourriture, les pharmacies de médicaments, les usines de matériel médical, ils ont cambriolé les maisons et torturé des voisins et des amis. J'ai vu un de mes amis après qu'il a été torturé par les Irakiens. Il a 22 ans mais on aurait dit un vieillard. Les Irakiens lui avaient plongé la tête dans un bassin, jusqu'à ce qu'il soit presque noyé. Ils lui ont arraché les ongles. Ils lui ont fait subir des chocs électriques sur les parties sensibles de son corps. Il a beaucoup de chance d'avoir survécu. »




L'opinion publique américaine est horrifiée et désormais favorable à une intervention militaire.
Les Irakiens sont des barbares, l'opération Desert Storm (Tempête du Désert) va pouvoir lancer son déluge de feu en janvier 1991.
Le mensonge a fonctionné.






Aucun commentaire:

Il y a 100 ans, le miracle de la "danse du soleil" à Fatima

Le temps est pluvieux et les assistants sont trempés. A midi, la pluie cesse, les enfants entrent en extase, et la foule n’entend pas la ...