samedi 10 juin 2017

Le transhumanisme ou la course vers l'abîme

Bienvenue à Gattaca, une vision de l'avenir pas très éloignée de celle des transhumanistes.

Les prédictions de Laurent Alexandre (chirurgien, auteur, chef d'entreprise et accessoirement membre du très élitiste club Le Siècle) font froid dans le dos mais ne sont malheureusement pas invraisemblables.
Non seulement en raison des progrès effectués par la science mais aussi par la volonté de l'aristocratie financière qui verrait un aboutissement à sa domination sur le monde avec la possibilité d'accéder à l'immortalité.
Car cette dernière serait évidemment réservée à une certaine élite, celle qui détient beaucoup d'argent.
Les progrès technologiques permettent de caresser cette folle idée plurimillénaire qui hante une certaine partie de l'humanité : se hisser au niveau du Créateur lui-même et le dépasser.


Laurent Alexandre, prophète de l'IA (intelligence artificielle).

Le 28 mars 2017 marque le début de la fusion entre les cerveaux biologiques et l'intelligence artificielle (IA). Elon Musk, l'industriel le plus médiatique au monde, fondateur de PayPal, Tesla, SolarCity, Hyperloop, The Boring Company et SpaceX, a annoncé sur Twitter le lancement de Neuralink, une société destinée à augmenter nos capacités cérébrales grâce à de minuscules composants électroniques entrelacés entre nos 83 milliards de neurones, ce qui nous transformerait en cyborgs. (...)
L'augmentation cérébrale ne peut se faire que de deux façons: par sélection et manipulation génétique des embryons, ou par action électronique sur notre cerveau. Musk se refuse à toucher à l'ADN; il ne reste donc que les implants intracérébraux. Ce projet suscite de la moquerie de la part de beaucoup de neuroscientifiques, qui le jugent irréaliste mais ils oublient que Musk délivre toujours ce qu'il promet ; la seconde est Musk peut mobiliser des moyens considérables et recruter les meilleurs spécialistes mondiaux payés à prix d'or. (...)
Les projets révolutionnaires d'Elon Musk posent de multiples questions politiques. Serait-il éthique de ne pas augmenter les capacités cognitives des gens peu doués? Ces implants augmenteront-ils le QI de tout le monde de façon homogène ou les gens les plus intelligents bénéficieront-ils de facto d'un gain plus élevé, ce qui créerait un monde ultra inégalitaire? Les neurotechnologies vont bouleverser nos institutions: nous sommes à la veille d'une révolution de l'école dont le rôle va devenir la programmation, sous le contrôle de la CNIL, des prothèses cérébrales. Face à ces enjeux, les discours sur l'enseignement sont une succession de poncifs qui semblent bien niais à l'heure des manipulations cérébrales made in Californie. (...)
Demain l'augmentation va prendre plusieurs formes. La sélection embryonnaire sous une forme un peu plus sophistiquée que Bienvenue à Gattaca [NDLR: film de science-fiction décrivant un monde parfait où les individus ont tous un patrimoine génétique impeccable] deviendra la norme. Ce n'est pas mon souhait personnel mais un pronostic.
On ne sauvera pas la démocratie si nous ne réduisons pas les écarts de QI. Des gens augmentés disposant de 180 de QI ne demanderont pas plus mon avis qu'il ne me viendrait à l'idée de donner le droit de vote aux chimpanzés.




Immortalité, voire redonner la vie aux morts selon Ray Kurzweil, le "pape" du transhumanisme :





Interrogé il y a quelques semaines lors de la Conférence SXSW à Austin, au Texas, le « futuriste » de Google Ray Kurzweil prévoyait la singularité, ce moment où les machines prendront le pouvoir sur l’homme pour 2029. L’intelligence artificielle couplée aux nouvelles technologies rendra ainsi l’homme d’aujourd’hui inutile et dépassé.(...)

Mais la singularité n’est pas la seule prédiction faite par le futuriste et transhumaniste qui entend également nous rendre très bientôt immortels avec en ligne de mire le transfert de notre esprit dans des machines. La vie éternelle donc.(...)

Il a également fait part d’autres prédictions. En vrac, vers la fin des années 2020, « nous pourrons manger toute la malbouffe (junk food) que nous voudrons grâce à des nanorobots injectés dans notre corps » qui nous fourniront les éléments essentiels à la vie et élimineront toutes les graisses superflues, peut-on lire dans Humanité 2.0 (en anglais The Singularity is Near), un livre publié en 2005 qui reprend ses théories décrites dans ses précédents livres en les réactualisant. Vers 2033, la « prostitution virtuelle » sera autorisée pour les intéressés. Dans les années 2040, les humains auront également « les moyens de créer instantanément de nouvelles parties de leur propre corps, soit biologique soit bionique ».



Jean-Pierre Dickès à propos du transhumanisme : 






Et pour conclure, cet excellent texte de Valentin Retz, "le transhumanisme est un nihilisme" :


Dans le fond, l'affaire n'est pas nouvelle. Dante nous prévenait déjà, au premier chant du Paradis : « Outrepasser l'humain ne se peut/ signifier par des mots ; que l'exemple suffise/ à ceux à qui la grâce réserve l'expérience. » Or, au seuil de son ascension vers le ciel - et pour exprimer cette idée d'un homme s'élevant au-delà des limites humaines -, le poète forge le néologisme trasumanar : un verbe exprimant l'action transformatrice qui l'ébranle, dès lors qu'il fixe ses regards dans les yeux pénétrés d'éternité que lui propose Béatrice, son amour et son guide vers la béatitude. Mais, s'il s'agit, dans La Divine Comédie, d'entrer dans la vision de Dieu, de déifier l'homme créé, afin qu'il vive de cet « amour qui meut le soleil et les autres étoiles» (...)

En un sens, il est maintenant possible d'appréhender - et comme jamais auparavant ! - l'extraordinaire pulsion de mort qui traverse l'Occident depuis que l'homme a décidé de se donner à lui-même sa propre loi. Car enfin la technologie qui devait lui servir à s'émanciper de la tutelle divine lui aura finalement dessiné un horizon terminal que l'accélération constante des innovations et l'instantanéité des réseaux devraient lui faire rencontrer d'ici à quelques décennies, selon les prévisions des sectateurs transhumanistes. Au reste, ces derniers ne sont déjà plus seuls à s'enivrer d'enthousiasme, puisque c'est bien toute une économie dérégulée, néolibérale, financière, qui est en train de se rallier à cette nouvelle idéologie nihiliste, comme si elle venait de trouver là le plus de jouir qui lui manquait pour continuer à dévaster le bien commun en réduisant toujours plus chaque être humain à une variable d'ajustement, à une fonction du flux, à un calcul statistique.


Dante avait bien raison de nous prévenir - lui qui avait fait le voyage ! - que l'homme ne peut se traverser par ses propres moyens, que la grâce seule peut l'y aider. Car, si, pour lui, il s'agissait de s'élever tout du long de la jouissance infinie de la divinité, et donc du Christ qui s'était incarné, était mort et avait ressuscité afin d'arracher l'humanité au pouvoir de la mort, pour les transhumanistes et les tenants de l'homme augmenté, la grâce ne suffit pas. Ils veulent l'autonomie intégrale, c'est-à-dire sans Dieu, cela va de soi, mais également sans l'homme, qu'ils estiment trop fragile, trop imparfait, trop éphémère au vu de leurs fantasmes de puissance. Comme si nous savions ce qu'est l'homme ! Comme si les critères d'une seule génération étaient en droit de refermer l'avenir une fois pour toutes ! Or quel paradoxe, quelle ironie, quel funeste constat qu'une civilisation, qui s'était proposé de sacraliser l'homme, soit maintenant en passe de procéder à sa liquidation. Mais j'y pense : si nous regardions un instant ce qui vient jusqu'à nous avec les yeux de Dante, si nous envisagions les transformations incessantes que les transhumanistes appellent de leurs voeux en les jaugeant à l'aune que le poète s'était fixée pour rallier l'impossible, que trouverions-nous exactement ? D'un côté, le Christ, défini comme vrai Dieu et vrai homme. Et, d'un autre côté, un simple fonctionnement technologique s'employant à transformer l'humanité en rouage : en quelque sorte, une inversion, une antithèse qui ne serait ni Dieu ni homme. En un mot, l'antichrist.





Aucun commentaire:

L'UE étudie le blocage des comptes courants

L'Union Européenne étudie la possibilité de bloquer les comptes courants pendant une durée de 20 jours. Evidemment, c'est une f...