lundi 5 juin 2017

Le Moyen-Orient au bord de l'implosion



Les événements concernant le Moyen-Orient s'enchaînent à une vitesse assez vertigineuse ces derniers jours.
Reconstituons brièvement leur chronologie :

20-21 mai : visite de Donald Trump en Arabie Saoudite.
«Le terrorisme s'est répandu à travers le monde. Mais le chemin vers la paix commence ici, sur cette terre ancienne, cette terre sacrée», a affirmé Donald Trump. Il a enfin exhorté les pays musulmans à isoler l'Iran, en accusant la République islamique d'attiser «les feux du conflit confessionnel et du terrorisme».


22 mai : visite de Donald Trump en Israël :
«Les Etats-Unis et Israël peuvent affirmer d’une même voix que l’Iran ne doit jamais posséder une arme nucléaire, jamais, et qu’il doit cesser le financement, l’entraînement et l’équipement meurtrier de terroristes et de milices, et qu’il doit cesser immédiatement», a déclaré Donald Trump lors d’une brève allocution en présence du président israélien Reuven Rivlin.




22 mai : attentat de Manchester lors du concert d'Ariana Grande faisant 22 morts et plus de 100 blessés.


23 mai : évocation de l'alliance Etats-Unis-Arabie Saoudite dirigée contre l'Iran.


24 mai : des tensions sont évoquées entre le Qatar et les Etats-Unis.


27 mai : entretien téléphonique entre le président iranien Hassan Rohani et l'émir du Qatar qui va susciter une réaction très vive en Arabie Saoudite.






30 mai : attentats en Irak, 40 morts et 140 blessés.




02 juin : Donald Trump charge Michael D'Andrea du dossier iranien pour le compte de la CIA,
D'Andrea porte le doux surnom d' "Ayatollah Mike" et est connu pour être un "dur", il avait notamment appliqué le programme d'Obama d'assassinats ciblés (donnant lieu à de multiples morts de civils notamment en Afghanistan et au Pakistan).




03 juin : attentat de Londres faisant 7 morts et 48 blessés.

04 juin : l'Iran s'en prend à l'Arabie Saoudite et l'accuse de financer le terrorisme.



05 juin : rupture des relations diplomatiques avec le Qatar décidée par l'Arabie Saoudite et ses alliés, Emirats Arabes Unis, Bahreïn et Egypte, en accusant Doha d'une trop grande proximité avec l'Iran.


Tous ces soubresauts n'annoncent rien de bon pour une région déjà gangrenée par une très grande instabilité avec un Irak toujours en plein chaos et contaminé par les métastases de l'Etat Islamique, et minée par les guerres civiles qui ravagent le Yémen et la Syrie.
Impossible de ne pas mettre en lien cette situation de crise globale avec la volonté des élites mondialistes de redessiner les frontières du Moyen-Orient.
Les cartes présentées en illustration sont extraites de "Blood Borders, redrawing the Middle-East" projet du lieutenant-colonel américain Ralph Peters, la première représente les frontières actuelles, la seconde les frontières modifiées selon les données confessionnelles et ethniques.
Les projets concernant une redistribution des territoires du Moyen-Orient sont légion et dénotent une volonté d'aboutir à une région entièrement remodelée (pensons aussi au projet Yinon de  1982...).

Notons le positionnement très néoconservateur (on sent bien ici l'influence de son gendre et conseiller, Jared Kushner) de Donald Trump vis à vis de l'Iran qui correspond parfaitement aux attentes d'Israël.
Positionnement qui fait craindre un embrasement de la région si les Saoudiens, alliés des Américains, sont désignés pour passer à l'action.
Un conflit ouvert entre l'Arabie Saoudite (soutenu par les USA) et l'Iran (allié de la Russie et de la Chine) risquerait d'entraîner une escalade des forces en présence qui ne se limiterait plus au seul Moyen-Orient mais à une déflagration mondiale dont les conséquences sont difficilement imaginables.









Aucun commentaire:

Il y a 100 ans, le miracle de la "danse du soleil" à Fatima

Le temps est pluvieux et les assistants sont trempés. A midi, la pluie cesse, les enfants entrent en extase, et la foule n’entend pas la ...