vendredi 16 juin 2017

En marche vers la dictature sanitaire ?

Agnès Buzyn, une ministre qui vous veut du bien.

Peu importe le domaine concerné, les libertés continuent d'être agressées avec toujours les mêmes alibis pervers de lutter pour le "bien".
Madame Buzyn nous parle des "10 enfants morts" de la rougeole depuis 2008, ce qui représente donc 1 mort par an... mais pourquoi n'évoque-t-elle pas les multiples conséquences désastreuses qu'ont engendrées les vaccinations ?
Dernier exemple en date aujourd'hui à Caen : {lien}.
Il est vrai qu'en cas de graves séquelles pour les vacciné(e)s, il restera toujours l'option "euthanasie" de laquelle notre ministre de la Santé est une fervente partisane.
Elle mentionnait ce penchant devant le... Grand Orient de France le 3 octobre 2015 {lien}.

Petit rappel sur la personnalité de Madame Buzyn, ses accointances avec les laboratoires pharmaceutiques notamment : {lien


La ministre de la santé envisage de rendre onze vaccins obligatoires

La ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn affirme dans un entretien au Parisien, vendredi 16 juin, qu’elle envisage d’élargir l’obligation vaccinale pour les enfants.Seuls trois vaccins sont pour l’heure obligatoires : contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Cette médecin de profession souhaite porter ce nombre à onze, alors que certaines maladies infantiles connaissent une recrudescence. « Je déteste la coercition (…) mais là, il y a urgence », estime-t-elle.





Sur les dangers de la vaccination :



1 commentaire:

Anonyme a dit…

plutôt que de s'attaquer aux bébés, cette ministre ferait mieux de vacciner les migrants

Il y a 100 ans, le miracle de la "danse du soleil" à Fatima

Le temps est pluvieux et les assistants sont trempés. A midi, la pluie cesse, les enfants entrent en extase, et la foule n’entend pas la ...