samedi 15 avril 2017

Dimanche 23 avril 2017

Un petit sujet d'actualité "léger" pour lancer les hostilités...



Dimanche 23 avril 2017, ce seront les élections présidentielles qui vont égayer notre journée.
Grand moment de démocratie participative s'il en est, nous, braves citoyens républicains, sommes conviés à choisir sur l'étal de l'hypermarché "Ve République", le produit qui nous semblera avoir le meilleur goût (ou du moins celui pour lequel nous ne serons pas submergés  par une irrémédiable envie de vomir).

En tête de gondole, les "grands" candidats, les "anti-systèmes" (oui oui, ce sont les mêmes).
Commençons par le favori des médias, la nouvelle star montante adoubée par la caste des "intellectuels" (les guillemets sont nécessaires quand on pense à BHL).
Autrement dit le produit phare, spécialement conçu pour plaire à la ménagère de moins de 50 ans comme au bobo parisien de 30. Directement parachuté de chez Rothschild sur le gouvernement Valls avec les recommandations de Jacques Attali.
Autrement dit, plus anti-système, tu meurs.
Mélange subtil de gauche, de droite, de centre, de démagogie, de mensonges et de crachats.
Le Macron, car c'est évidemment de lui qu'il s'agit, est une sorte de plat anglais mal cuisiné mais que toute la clique médiatique en toc nous annonce comme un délice.

Le Fillon est un autre produit qui a peu ou proue le même goût âcre de libéralisme sauvage que le Macron.
Toutefois, à la différence de ce dernier, sa campagne de lancement est beaucoup moins maîtrisée. On sent le produit balancé à la va comme j'te pousse mais qui attire néanmoins les nostalgiques du temps béni de Nicolas Ier.
Le charme tranquille de la bourgeoisie opère toujours sur certains.

Le Mélenchon se présente également comme un anti-système, vous me direz que les meilleurs braconniers deviennent les meilleurs garde-chasse, avec Jean-Luc, l'adage n'a jamais paru aussi juste. Sénateur, député, député européen, franc-maçon, pro-Maastricht en 1992, pro-Hollande lors du second tour de 2012, ami de Dassault... Bref, si le message diffusé peut sembler pertinent et la recette alléchante, mieux vaut ne pas aller voir en cuisine si l'hygiène est respectée.

Les produits Hamon et Le Pen sont eux peu appétissants, le premier est l'ersatz d'un parti totalement vermoulu et lessivé par 5 années de Hollandie. Le second, enfin la seconde, ne paraît pas de prime abord fort appréciée par le système en place. Pourtant les invitations TV sont légions et le processus de "mise en avant/répulsion" ressemble à s'y méprendre au Goldstein de 1984. Le faux ennemi indispensable au système pour canaliser le mécontentement des masses.

Les autres candidats, les "petits", sont là uniquement afin de donner une impression de choix plus vaste, histoire de faire en sorte que l'on se croie "réellement en démocratie" avec des candidats "qui nous ressemblent" (un peu et de loin).
Ces six autres produits sont donc présentés vite fait (fautes de moyens... dans la démocratie ploutocrate actuelle, qui paie gagne) et déplacés  illico dans le bac des futurs invendus au fond du magasin. 

Le tableau ci-après liste les 11 candidats  avec des paramètres qui me semblent importants comme les réseaux, bases idéologiques, les soutiens, etc. 
"Peu importe les programmes, ce qui compte c'est la vision" comme disait si bien Emmanuel.
Evidemment, plus il y a de cases de remplies, plus le cheval a de chances de remporter la course.
Toutefois, si aucun des 11 ne vous convenait, ne vous inquiétez pas, vous faites partie comme moi du plus grand parti de France, celui des abstentionnistes.

Un petit pronostic pour terminer, tout semble réuni pour que l'on se retrouve avec Macron ou Fillon à la tête de l'Etat pendant cinq longues années. 
Mais que l'on se rassure, quoiqu'il en soit, ce sera  comme d'habitude le sacro-saint Marché qui gagnera.
Les Français ? Certainement pas.

Candidats 
Rapport à la Religion et à la Franc-Maçonnerie
Participation Bilderberg
French American
Foundation
Club Le Siècle
Soutiens et proches
Base idéologique/Influence
Parcours politique,
antécédents
Relations avec les sociétés privées
ARTHAUD
Nathalie (LO)
Positionnement marxiste donc fondamentalement anti-religieux.
     -
     -
       -
     -
Communisme (IVe Internationale), internationalisme, athéisme, multiculturalisme.
    -
     -
ASSELINEAU
François (UPR)
Bienveillance à  l’égard de la FM qu’il considère comme une « société de philosophie ».
     -
     -
    -
     -
Gaullisme, anti Union Européenne.
HEC, ENA, inspecteur des finances.
     -
CHEMINADE
Jacques (SP)
 « Solidarité et progrès » est le nom d’une loge du GODF.
     -
     -
    -
     -
Lyndon LaRouche (ancien - ?- trotskyste), internationalisme, « humanisme ».
HEC, ENA, haut fonctionnaire.
     -
DUPONT-AIGNAN
Nicolas (DLF)
Avait passé son « grand oral » en 2012 devant le GODF.
     -
Young Leader 2001
    -
     -
Gaullisme, « souverainisme »
ENA, maire, député.
     -
FILLON
François (LR)
Se dit « catholique libéral ». Un oxymore.
Catholicisme et libéralisme étant incompatibles (voir Saint Pie X ou Don Sarda y Salvany). Fillon est donc aussi catholique que le Dalaï Lama.

Oui, en 2013 avec Pécresse. A confié en 2007 à De Villiers : « que veux-tu, ce sont eux qui gouvernent » et Juppé y a pris part en 2015 comme Baroin en 2014.
Non mais c’est le cas de Juppé (1981), Pécresse (2002) et Kosciusko-Morizet (2005) ou encore Henri de Castries (1994).
Oui.
Gattaz, Juppé, NKM, Baroin, Pécresse, Meyer Habib,
Sarkozy, Woerth, Ciotti, Chatel, Henri de Castries (PDG d’AXA, administrateur de Nestlé, HSBC, président du comité de direction du Bilderberg).
Libéralisme, capitalisme, thatchérisme.
Député, sénateur, ministre, premier ministre.
A reçu 200.000 euros d’AXA pour des « conseils ». Liens étroits avec Ladreit de Lacharrière («employeur » de sa femme à la « Revue des deux mondes » ).
HAMON
Benoît (PS)
Soutenu par de nombreux FM (Dray, Taubira, Peillon, Vallaud-Belkacem...)

     -
Non mais Montebourg (2000),  Vallaud-Belkacem (2006) et Fekl (2013), oui.
Non mais Aubry oui.
Aubry, Dray, Fekl, Taubira, Peillon,
Montebourg, Juanico, Cherki, Piketty.
Socialisme, internationalisme,
multiculturalisme.
Ministre, député européen.
     -
LASSALLE
Jean (Résistons)
      -
     -
     -
   -
    -
Ancien compagnon de route de Bayrou.
Député.
     -
LE PEN
Marine (FN)
Comme Fillon, elle est présentée comme catholique mais a une vision très stricte de la laïcité, finalement peu éloignée de celle de Mélenchon.
     -
     -
   -
Philippot, Aliot, Gollnisch, Rachline, Collard, De Villiers.
Nationalisme, républicanisme.
Députée européenne, conseillère régionale, municipale.
     -
MACRON
Emmanuel (EM)
A passé son « grand oral » devant le GODF en juin 2016, soutenu par de nombreux FM (Valls, Delanoë, Le Drian…).
Oui, en 2014 comme Valls en 2008 ou Kouchner et Attali.
Young Leader 2012
Non mais Attali, DSK, Kouchner, Valls… oui.
Attali, Bayrou, Pierre Bergé, BHL, Boutih, Cohn-Bendit, Delanoë, DSK, Hue, Kouchner, Le Drian, Madelin, Minc, Tibéri, Valls, Villepin.
Libéralisme à la sauce Fabian Society (« 3e voie » de Tony Blair), internationalisme.
Inspecteur des finances, banquier d’affaires chez Rothschild, ministre. A menti sur ses diplômes.
Campagne de donation discrètement organisée par la banque Rothschild en septembre 2016.
MELENCHON
Jean-Luc (FI)
Membre du Grand Orient de France. Laïciste militant.
     -
    -
    -
Amard, Corbière, Bompard, Généreux, Coquerel
Jacobinisme, républicanisme, multiculturalisme.
Sénateur, ministre, député européen, conseiller général. Oui à Maastricht en 1992, appelle à voter Hollande en 2012 « sans condition ».

Liens troubles avec Dassault.
POUTOU
Philippe (NPA)
« Le marxiste doit être un matérialiste, c’est-à-dire un ennemi de la religion » citation de Lénine reprise sur le site du NPA.
     -
    -
   -
Besancenot, Krivine.
Trotskysme, internationalisme, multiculturalisme, athéisme, anarchisme.
     -
     -

Aucun commentaire:

Il y a 100 ans, le miracle de la "danse du soleil" à Fatima

Le temps est pluvieux et les assistants sont trempés. A midi, la pluie cesse, les enfants entrent en extase, et la foule n’entend pas la ...